Tuesday, June 25 2019, 14:49

Retour sur 10 ans de télé-travail

Cette année j’ai fêté mes 10 ans de télétravail – au sein de la même structure, sur deux types de postes différents, dans deux pays de l’union européenne. Cette expérience m'a donné envie de vous donner mon point de vue en tant qu’employé.

Avant de commencer j’avais à la fois peur de ne rien glander ou, au contraire, des tâches immenses qui m’attendaient. J’ai commencé un 1er février, j’habitais à La Haye. Pour de bêtes raisons logistiques, c'était compliqué pour mon employeur de me fournir une machine, elle devait en effet traverser le monde. Ma machine personnelle m’a servi jusqu’à ce que je rencontre mon patron en fin de mois au Fosdem et qu’on fasse quelques emplettes informatiques au Media Markt du centre de Bruxelles. Je me suis équipé d’une imprimante scanner, afin de pouvoir faire la paperasse relative au fait que j’étais devenu un employé télé travailleur – de même le réseau informatique de la maison se devait de fonctionner. J’ai donc investi dans une solution wifi, alors qu’auparavant j’étais en filaire (avec un câble qui traversait l’appartement du salon à mon bureau). Je me suis équipé d’une clef 3G, afin d’avoir une solution de secours en cas de coupure d'Internet. Voilà, j’avais matériellement tout ce qu’il me fallait pour travailler depuis mon chez moi.

J’ai réglé le problème de ma supposée flemmardise, de ma peur du poil dans la main en réglant ma vie comme à l’armée. Levé 7 heures, à 8 heures j’avais pris le petit déjeuner et j’étais habillé. Le fait de m’habiller et de pas traîner à poil ou en pyjama toute la journée avait comme effet psychologique de me mettre dans le bain – un peu comme l’effet que peut avoir le trajet domicile-travail le matin. Puis je commençais à travailler – lancement du client IRC (et je n’utilisais pas de bouncer, si on voulait me causer quand j’étais hors ligne, il fallait tout simplement m’envoyer un courriel). 12h déjeuner et donc pause pour faire un petit break. Reprise du travail ensuite jusqu’à 18 / 19h et plus tard en cas de réunion. (En effet la plupart des gens avec qui j’ai travaillé étaient sur le côte ouest des États-Unis.)

Après quelques mois sans aucune forme de vie sociale, j’ai ressenti un manque – celui de parler physiquement avec des gens – j’ai donc cherché un travail. En même temps, je me suis inscrit sur un groupe meetup de francophones locaux. J’ai donc eu de nouveau du lien social et par conséquent j’ai continué à travailler depuis chez moi. Ce qui m'a permis d'avoir à nouveau du lien social et de continuer à travailler depuis chez moi. Enfin, j’ai rencontré quelqu’un qui est venu vivre chez moi. Beaucoup moins besoin de lien social. Cette présence a aussi réglé un des problèmes que j’avais, à savoir arrêter de travailler le soir, ne pas trop travailler les week-ends. Bien sûr, cela a ajouté des problèmes, il a fallu que j’explique que oui j’étais à la maison, mais que j’étais en train de travailler et qu’il fallait pas trop me déranger. À cette époque, j’avais un bureau avec une porte, quand celle-ci était fermée cela signifiait : ne pas déranger.

Il m’est bien sûr arrivé de ne pas avoir envie de bosser, d’avoir envie de glander ou d’aller faire un petit truc qui au lieu de prendre 10 minutes prenait 2 heures. Et donc de me sentir mal vis-à-vis du contrat moral qui me liait à mon employeur, résultat je mettais très très souvent les bouchées double le lendemain, ou durant le week-end qui suivait.

Il m'est arrivé aussi d'aller dans des espaces de co-working (coucou tau). J'y ai trouvé du lien social et la tranquillité d'avoir un bureau, mais pour des raisons personnelles j'ai quand même préféré travailler de chez moi ( avoir un œil sur bébé , pour que madame puisse sortir). Si vous avez peur de manquer de motivations, passer par du co-working résoudra sans doute vos peurs.

En conclusion, j'adore le télé-travail, cela me permet de m'organiser comme je veux, c'est super souple. Les contreparties étant qu'on est un peu coupé des collègues, car c'est difficile de rattraper les pause cafés. Pour mon employeur ça a toujours été un gain puisque je n'ai jamais compté ni mes heures ni mes jours, et que je me suis très souvent porté volontaire.

Ma liste de petit trucs pour que ça se passe bien :

  • Se fixer un rythme de vie et s'y tenir.
  • Savoir dire stop - j'ai fini pour aujourd'hui, pour cette semaine.
  • Rencontrer/parler à des gens pratiquant le même métier, que ce soit des collègues, ou des inconnus - ça permet de pas péter de câbles.
  • Toujours avoir une solution de rechange pour l'accès a Internet (Même McDo est une telle solution).
  • Ne pas manquer les réunions organisées par la boite - ça permet de se sentir dans la boite et pas en dehors.
  • Lire les mails généraux pour savoir ce qui se passe et ce que tous vos collègues savent car ils vont à la machine à café
  • Ne pas hésiter a demander de l'aide - que se soit pour sa vie perso ou pour un truc sur lequel on pèche techniquement - ça permet d'avancer et de pas s'enfoncer en restant tout seul dans son coin.
  • Faire des sauvegardes, ça sauve la vie. Par exemple, quand on foire une mise à jour d'OS et qu'on doit remonter la machine en urgence.
  • Aller de temps en temps au bureau - si c'est possible, afin de choper l'ambiance, d'aller à la machine à café et de rattraper tout ce qu'on a pu manquer parce qu'on travaille de chez soi.


Enfin ce qui fait que le télé-travail fonctionne c'est la relation de confiance entre l'employé, l'employeur et le manager d'icelui. Sans confiance ça ne fonctionne pas du tout.

Merci à Natouille, Relf et Goofy pour leur relecture. Merci à Grammalecte de pas me faire trop passer pour un gougnafier quand j'écris.

Wednesday, June 5 2019, 10:59

DNS sec en trois coup de cuillière à pot

Il y a de cela très longtemps (vers 2010/2011), j’avais tenté d’implémenter DNSSEC sur mon domaine, hirlimann.net. J’avais lu de la documentation et suivit les docs du sieur Bortzmeyer. Mais je m’y étais pris comme un sagouin et à la première mise à jour de clef j’avais “perdu” mon domaine. Comme à l’époque j’étais pressé j’avais tout simplement laissé tombé.

Il y a quelques mois, j’ai trouvé par hasard une allusion aux enregistrements SSHFP. Et qui en prérequis nécessitent DNSSec. j’ai donc commencé à réétudier la question – et je me suis rendu compte que mon registrar, Gandi.net, proposait une option dnssec si l’on utilisait leur serveur de nom (chose que je faisais suite a un souci avec BIND sur ma machine). J’ai donc mis en place (via un clic cette option) dnssec sur mon nom de domaine. Dans la foulée j’ai ajouté des enregistrements sshfp et mis en place dmarc pour mes courriels.

Sunday, March 17 2019, 14:22

Ma deuxième cryptoparty

Hier j’ai participé à ma deuxième cryptoparty – elle avait lieu à l’Utopia de Tournefeuille. La première à laquelle j’avais participé c’était tenu non loin de chez, moi lorsque j’habitais sur les quais à Toulouse.
Donc j’arrive pensant être en retard – mais en fait une seule personne est venu. Elle avait un certain âge et beaucoup de question, c’est quoi un navigateur, c’est quoi un moteur de recherche, c’est quoi une adresse IP, ça fonctionne comment internet. Ça tombait bien puisqu’on essayait a priori un nouveau format, où en lieu et place de faire des minis conférence, on avait décidé de répondre aux questions des gens qui venaient, Ce qui est cool c’est que j’ai eut des questions sur TOR, Outlook, Chrome, etc. On a été plusieurs à répondre ce qui a donné a la personne une meilleure compréhension de comment ça fonctionnait. Très content de cette prestation.
J’ai bien aimé discuté avec les autres personnes présente et je leur ai montré comment verifier les utilisateurs sous signal.
L’installe party qui se tenait à côté de nous a eu plus de succès et c’est une des nombreuses initiatives de l’association Toulibre qui a un impact.

Wednesday, March 6 2019, 14:38

Campagne à Congo

Depuis le début 2019, je joue avec l’ami Mehapito une campagne du jeu congo : « Mungo Mah Lobeh ». Je joue une exploratrice blanche qui au fil de six scenarii explore l’Afrique, découvre des artefacts et est opposé a un sorcier africain. On vient de finir les 2/3 de l’histoire, je n’ai pas encore réussi à gagner une partie. Au fils des parties nous maitrisons de plus en plus les règles et les choses se fluidifient, mais nous commettons toujours de nombreux oublis et erreurs.

J’aime bien le côté narratif de la campagne, j’aime bien la mécanique du jeu, mais je n’aime pas avoir sept groupes de figurines et en avoir toujours une ou deux qui ne se déplace presque pas durant la partie – les mouvement et c’est un jeu de mouvement sont un tout petit peu trop restreins. J’aime le tir mais comme a warhammer ça fonctionne beaucoup moins bien que bonne charge. Bref j’aime bien le jeu, la campagne est pas trop mal – mais ils pourraient y avoir une v2 corrigeant certains points. J’ai la flemme de faire des rapports de bataille, mais Mehapito les fait:

Il manque bien sur notre dernière partie qui si elle c’était 1/3 de tour plus tard aurait sans doute été gagné en ma faveur. Le même campagne avec de jolie rapport de bataille peut se lire ici

Saturday, February 16 2019, 13:08

Instant messaging

I currently have the following pieces of software running on either my phone, desktop or both :

  • Skype
  • Signal
  • Telegram
  • SMS/MMS
  • IRC
  • Slack
  • Jabber client

I believe that it is much more than what I ran a couples of years back with AIM/Yahoo/MSN gone , I thought the messaging scene would unify. (And I'm not running whatsapp/instagram/....). I wonder why people don't stick to open standards - well I kind know the answer, you use the tool the other one uses to be able to communicate with it. Too bad things like signal don't get more usage.

Friday, February 8 2019, 10:45

Configuration Management Camp 2019

This year on top of fosdem and CentOS dojo , I also attended CnfmgmtCamp in Gent , be. It's a two day conference, and a days ackathon on tools like Puppet/Chef/Ansible/Foreman and a few others. With 750 attendees it's really a *big* conference were people exchange how they deal with infrastructure management tools. I learned a few tricks here and there. It was very interesting, I'll probably attend it again next year if I can.

Wednesday, February 6 2019, 15:51

Fosdem 2019

Once again I was lucky to attend fosdem this year. This is my 14th one (I've skipped 2015 - for work related reasons). As always it was great, As always too many talks and too many people to see and talk to. This year, like last, I helped with the Key Signing Party and also with cleaning up on the Sunday evening. I really really enjoy volunteering at the conference and you should try to and see if that fits you. This was my fist year with snow, it was nice even if it made things slippery but I enjoyed it nevertheless. 7974d2215f8f66b3.jpg

What did I take away from this fosdem :

  • TLSa for email delivery.
  • SSHfp (but I wonder if that scale) - which made me think about trying DNSSec again on my domain.
  • A gpg dongle from a freebsd conf (thanks roberto).
  • Plenty of signature on my relatively new key.
  • All the friends I met were using signal - and one of them showed me how to verify users - signing key style. Loved this
  • Since the author of Pius attended the Key signing party - he kindly twitted on how to use Pius in the fosdem context.
  • Key servers are available via onion.
  • The Mozilla booth was very successful.

7971aef03a1dd761.jpg

Saturday, February 2 2019, 07:59

Attending CentOS Dojo

This year I attended CentOs dojo just before the fosdem start. I add little expectations, I run two centos servers and manage many more at work , so I was curious on what a Dojo would look like and what I'd gain from it. The day was packed in to two tracks with 16 talks, in a nice hotel situated in the heart of Brussels - food and drink were catered which made things even nicer. The talks I followed were quite interesting as insight on what other do with the OS, how they run it at scale. I'd recommend attending.

Friday, February 1 2019, 00:01

10 years working for Mozilla

10 years ago, today I started working for Mozillamessaging. I was using my own computer until fosdem 2009 during which Davida and I ended up a MediaMarkt in Brussels to buy my Mac (I needed a mac in order to be able to test Linux, Windows and MacOS), so I could properly work as the Thunderbird QA lead. When Mozilla phased out Thunderbird, I asked to join the IT team - my sneaky plan was to manage email but server side. I ended up in the SRE team that got renamed MOC. I've been contributing since probably 1999 (reporting bugs because mozilla wasn't available on my platform of choice). I've changed projects numerous time, The suite -> Camino -> Thunderbird -> IT. I've had 5 bosses. and used bugzilla probably more than what's good for my sanity.

Friday, January 11 2019, 08:37

Formation à docker

Je suis en train de suivre une formation sur docker, donnée par jpetazzo de la société enix. J’en suis ravi, charmé. Ma connaissance de docker se limitait au fait que j’ai des copains qui bossent (aient) chez docker inc. Que nagios avait eu des soucis sur des process docker dans notre infra et que j’avais vainement tenté de faire tourner des images Windows sur mon Raspberry pie.

Le présentateur maitrise très bien son sujet, c’est donc très fluide malgré les nombreuses questions que nous lui posons. La présentation qui accompagne son discours est bien organisé, c’est dans le bon ordre, elle est sans doute un peu longue avec 600+ transparent. La mise en pratique ce fait sur des vm mis à notre disposition, donc pas de prise de tête pour la mise en place, ça fonctionne nickel et on pourra sans doute utiliser les VM pour s’amuser un peu après.

Un deuxième formateur est présent dans la salle pour nous aider lors des exercices pratiques ou répondre à nos questions sur un canal Glitter.

Les trucs que j'ai découvert :

  • jq pour parser du json en ligne de commande
  • figlet, un remplaçant de banner :p
  • drill (présent dans ldns-utils sur fedora) la prochaine version de dig, qui gère par exemple le dnssec.

- page 1 of 6